Girona

Girona

13 Propriétés à Girona

Arranger par

Masia spectaculaire au cœur de la Costa Brava...

Girona

    • 905 m2
    • 250.000 m2
    • 11
  • 1.900.000

Spectaculaire villa de design moderne à la...

Girona

    • 300 m2
    • 3.000 m2
    • 6
  • 1.750.000

Modernité et tradition dans un espace...

Girona

    • 224 m2
    • 450 m2
    • 4
  • 1.100.000

Maison sur la Costa Brava dans la conception...

Girona

    • 279,80 m2
    • 3
  • 710.000

Golf PGA Girona - Le cadre parfait pour un...

Girona

    • 604,50 m2
    • 1.114,98 m2
    • 4
  • 2.800.000

PGA Golf - Terrace Villas La Selva

Girona

    • 157,30 m2
    • 100 m2
    • 3
  • 750.000

Girona

    • 535,18 m2
  • 101.500

PGA Catalunya Golf Girona - Villa

Girona

    • 250 m2
    • 1.090 m2
    • 3
  • 1.200.000

Costa Brava - maisons modernes dans un grand...

Girona

    • 293 m2
    • 537 m2
    • 4
  • 1.050.000

Villa moderne sur l'un des 100 meilleurs...

Girona

    • 404 m2
    • 2.000 m2
    • 4
  • 2.500.000

Maison de Campagne près de Gérone

Girona

    • 518 m2
    • 444.163 m2
    • 5
  • 850.000

Informations de Girona

De loin, la cathédrale attire l’œil des visiteurs. Ce véritable monument d’architecture gothique est le symbole de Girona. Mais cette ville offre bien plus que cette nef de 23 mètres de large – la plus large jamais construite. Tout de suite à l’entrée de la vieille ville, au début de la Carrer Calderers (en français : ruelle des forgerons de cuivre) où se situait  à une époque la porte de la ville, se trouve une colonne avec un lion «La Lleona». A côté, il y a des marches métalliques. Auparavant, la lionne se trouvait sur la façade d’une auberge, pas loin justement du seuil permettant d’entrer dans la cité. Ceux qui revenaient en ces lieux escaladaient la façade et embrassaient la lionne. Pour que ceux qui retournent à Girona soient le plus nombreux possible, une copie de la statue continue à veiller sur la ville. L’original datant du 12ème siècle a été confiée au musée. En y installant des marches, on a facilité la tâche : embrasser la lionne est devenu très simple ! Ici, on dit par ailleurs :  «Impossible d’être un véritable habitant de Girona, sans avoir embrassé les fesses de la lionne.» Son derrière bien poli en dit long sur la véracité de ses paroles ! ​ En suivant la ruelle un peu plus avant, on rejoint l’entrée du musée sur l’histoire de la ville «Museu i arxiu d’història de la ciutat». En montant les escaliers, la pièce de droite est l’ancienne citerne. Les murs portent encore les traces des différentes hauteurs d’eau. Ensuite nous continuons notre ascension jusqu’à la cathédrale. Le son de l’orgue résonne majestueusement partout dans l’immensité de la nef. L’encens nous fait tourner la tête. La messe de midi vient de se terminer. Photographier est interdit. Dalí était fasciné par la peinture représentant Sant Narcís avec des mouches. Il n’hésitait pas à visiter la cathédrale à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Voici la légende de la toile : «Lorsque les Français  assiégèrent la ville en 1286, ils volèrent, détruisirent et profanèrent les églises. Ils coupèrent le bras de Saint Narcose, évêque et saint patron de Girona . D’immenses mouches en sortirent alors et tuèrent les soldats français ainsi que leurs chevaux. La même chose se produisit en 1653 et se répéta en 1684.» C’est sans doute l’origine de sa fascination pour les mouches. A côté du portail de la cathédrale se trouve une tête sculptée dans de la pierre. Elle ressemble terriblement à Dalí – sauf que la tête en pierre date de cent ans avant le maître. Est-ce que Dalí connaissait son double ? Était-ce pour suivre cet exemple qu’il avait fait pousser sa moustache et qu’il roulait ses yeux ainsi ? Un autre détail intéressant se trouve au portail latéral. Les 12 apôtres sont manquants. Ils furent victimes des Français il y a fort longtemps. Les socles, restées vides depuis, sont soutenus par des monstres ! 

Sur un des piliers de la cathédrale se trouve une gargouille représentant une femme. La légende dit : Une «sorcière» lança des pierres sur le cortège jusqu’à ce qu’elle fut elle-même transformée en pierre dans la paroi de la cathédrale, avec le visage vers le bas. Une vieille chanson populaire évoque cette histoire : «Tu lances des pierres et tu en lanceras; tu te transformeras donc en pierre.»
A quelques pas de l’édifice se trouve l’ancien quartier juif. Le «Call de Girona» est le quartier juif le mieux préservé de Catalogne et un des plus importants d’Espagne. Autour de la Carrer Força, les ruelles  Cúndaro et Sant Llorenç sont les plus étroites et les plus raides du quartier. Avec ses 300 habitants, la communauté juive de Girona était la plus importante de Catalogne après Barcelone. Les religions ont paisiblement coexisté jusqu’à la deuxième moitié du 13ème siècle. C’est alors que l’antisémitisme débuta et mena en 1492 à l’expulsion de tous les Juifs d’Espagne à la demande de l’église.
Nous continuons notre promenade jusqu’à la Carrer dels Ciutadans, à une époque domicile préféré de la grande bourgeoisie  de Girona. Encore aujourd’hui on y découvre quelques magnifiques maisons de maître : par exemple le bâtiment Fontana d’Or qui est d’architecture romane. De nos jours il héberge le Centre Cultural de Caixa de Girona.
Juste avant d’arriver à l’Ajuntament on tombe sur des boutiques très anciennes. L’épicerie fine nous a particulièrement fasciné. La rue se termine place de l’Ajuntament. Dans la cour intérieur de l’hôtel de ville on aperçoit une tête particulière sur l’immense porte d’entrée de la salle d’assemblée. L’homme se mord la langue, afin de rappeler aux membres du conseil qu’il faut savoir rester discrets. De sa tête nait un arbre : symbole du savoir.
La Rambla de la Llibertat, est un boulevard avec de belles boutiques et magasins – idéal pour faire les vitrines et du shopping ! Entre la Rambla et la Carrer dels Ciutadans, au milieu des ruelles enchevêtrées se trouve la plus petite place de la ville : la Plaça del Raïm. 
Rafael Masó’, un grand architecte moderniste, a énormément marqué la ville de Girona : on lui doit les hôtels particuliers Masó, Ensesa, Batlle et Colomer, l’usine de farine Teixidor et la Casa de la Punxa dans l’Avinguda de Santa Eugènia.

Installés en 1985, les sentiers de promenade longeant les remparts de la ville, offrent une belle vue d’ensemble sur les toits de la vielle ville, l’université et les grandes églises. On peut visiter Girona toute l’année, mais c’est au mois de mai que se déroule l’exposition florale «Girona Temps de Flors» – une manifestation devenue une véritable tradition avec ces 50 ans d’existence. Les ruelles et places regorgent alors de parfums floraux, de couleurs et de visiteurs – les cafés font le plein – les jeunes et moins jeunes viennent de toute l’Europe. La ville est très animée pendant cette période, y compris la nuit ! Grâce aux étudiants Girona est d’ailleurs devenue une ville jeune et pleine de vie – véritable centre de la Costa Brava, tout en étant située dans l’arrière-pays.